Padel

état des lieux et perspectives

Par Guillaume Willecoq

 

© Joël Blanc

Où s’arrêtera le sport de raquette qui monte, qui monte… ? Après une première prise de contact dès son numéro de lancement, puis être parti à la rencontre de Fernando Belasteguin dans son no 2, Courts s’en va promener une nouvelle fois du côté des installations de padel. Des joueurs aux entrepreneurs, des avancées majeures des dernières années aux perspectives pour celles à venir, tour d’horizon, avec ses acteurs, d’une discipline qui n’en finit pas d’aller voir au-delà de ses parois vitrées.

Des chiffres !

Histoire de débuter par un aperçu « objectif » du poids du padel, et – surtout ? – de sa montée en puissance. Soit 8 millions de pratiquants à travers le monde. Plus de 3 millions de personnes devant leur stream Youtube pour suivre en direct les dernières étapes du World Padel Tour. Et, en Espagne, depuis août dernier, plus de licenciés padel (75 000) que de tennis (un peu plus de 70 000), phénomène d’autant plus remarquable si l’on considère la vitesse à laquelle le croisement des courbes s’est réalisé : le padel comptait 6 000 licenciés au début des années 2000, quand la RFET, la Fédération espagnole, figurait encore au-dessus des 100 000 licenciés en 2012. Dernière mesure pour donner une idée de la courbe ascendante du padel : la France compte 832 terrains en 2020 contre 110 en 2014, et 382 clubs contre 48 il y a six ans. Comme le symbole ultime de l’envolée du padel, maximisant son potentiel dans ses bastions historiques et poursuivant sa progression ailleurs.

« Si les pays hispaniques restent les places fortes du padel, on estime qu’ils tendent à atteindre un plafond, explique Franck Binisti, figure incontournable des médias padel en France avec son Padel Magazine. L’Espagne, où le nombre de licences n’est pas forcément pertinent pour refléter un impact réel tant le sport se définit plutôt par une pratique loisirs, c’est 2,5 millions de pratiquants, soit le second sport national derrière le foot ! Mais ce qui est intéressant aujourd’hui, c’est que le padel “prend” partout, en-dehors de ces pays phares. La France, le Portugal, l’Italie, la Suède qui est le nouvel eldorado des marques… La dynamique est clairement porteuse pour un sport qui reste récent, en devenir. » « Je n’ai jamais vu ça, confirme Vincent Laureyssens, président du World Padel Tour Belgique. Même s’il y a encore de la marge sur les chiffres bruts, des +300, +400 % sur certains indices de progression… c’est vertigineux ! » 

 

Mais qu’est-ce qu’ils y trouvent, tous ? 

« L’avantage du padel, c’est que si tu essayes, tu vas aimer », tranche Vincent Laureyssens. « Au padel, on s’amuse vite, confirme Clément Geens, no 601 à l’ATP et, comme beaucoup de ses camarades du tennis, féru de padel. Il m’est arrivé de donner des cours l’an passé et c’était flagrant comme les gens progressaient vite et rigolaient rapidement. C’est le gros avantage par rapport au tennis : au tennis, tu peux y aller avant de t’amuser, c’est un sport où tu en baves au départ ! Au padel, tu sais assez vite un peu tout faire. »

Voilà pour les novices. Et les joueurs de tennis pro, eux qui savent déjà jouer (et pas qu’un peu !) au tennis, quel plaisir y trouvent-ils pour tous se ruer ainsi sur la pala ? « Pour nous c’est différent, oui, mais je dirais qu’on trouve au padel beaucoup de choses qu’on n’a pas, ou moins, au tennis : on joue beaucoup de volées, on est avec un partenaire, c’est moins dur physiquement, aussi, ce qui explique que beaucoup de joueurs qui arrêtent le tennis basculent assez naturellement vers le padel… C’est sympa car à l’arrivée, quand tu maîtrises bien le tennis, tu te rends compte que le padel propose des sensations et des tactiques assez différentes. »

Dernier facteur, pratique celui-là : « Pour un club municipal, outre d’être le sport “à la mode” et de permettre une offre différente à destination des adhérents, un terrain de padel a l’immense avantage de prendre peu de place », souligne Franck Binisti. Entre un gazon synthétique et un terrain de padel, le choix est vite fait ?

 

Quel modèle ? 

« Souvent, c’est le modèle privé qui prédomine, poursuit Franck Binisti. Il se caractérise par des systèmes de pôles, où l’on réunit les infrastructures et compétences padel sur quelques endroits donnés, dans des grands centres avec beaucoup de terrains, dont quantité de terrains indoor… Le Portugal a opté pour ce modèle, la Suède également, où Zlatan Ibrahimovic lui-même a investi dans notre sport avec ses “Padel Zenter”… » En France aussi, ce modèle privé existe – il est même pionnier du padel dans l’Hexagone et, par la taille de ses structures, demeure majoritaire en nombre de terrains, globalement comme en salle. Mais depuis 2014, la discipline a été intégrée dans les statuts de la Fédération française de tennis, et un autre modèle de développement est venu s’ajouter dans les clubs de tennis : « On sent bien que ça bouillonne », témoigne Hubert Picquier, élu de la FFT en charge du padel et habitué à présent à ce que tout projet de rénovation/réhabilitation de club comporte un volet padel : « La FFT apporte des aides importantes pour la construction des terrains. Le maillage est en train de se faire, nous avons de moins en moins de régions sans padel, ce qui montre que nous sommes sur une très bonne dynamique. Chose intéressante également concernant l’investissement financier dans le padel : les villes s’y intéressent de plus en plus et sont prêtes aujourd’hui à porter et à développer la discipline. » 

Et si, statutairement, la Fédération ne peut aider financièrement les clubs privés, l’élu prend soin d’ajouter « que nous essayons de les aider autrement, via par exemple nos très nombreuses manifestations avec le FFT Padel Tour, qui a vocation à les aider grâce à la force de frappe de la FFT ». Côté pile, « le savoir-faire de la FFT et cette force de frappe, humaine et financière, dans l’organisation d’évènements, sont sans équivalents dans le monde entier : même en Espagne, on ne peut que nous les envier », synthétise Franck Binisti. Côté face, « la coexistence avec les structures privées n’est pas toujours évidente, ce qui a d’ailleurs amené ces dernières à se structurer il y a quelques semaines en association de clubs privés : l’AFCP, Association française des clubs de padel ». Quoi qu’il en soit, « tout le monde est bien conscient qu’un dialogue constructif est profitable à tous ». 

© Joël Blanc

Prochaine étape ?

Ou comment passe-t-on de la « vague » (Franck Binisti), du « sport tendance » (Vincent Laureyssens), au « boum », celui après lequel il n’y a plus aucun risque que le soufflé retombe ? La réponse est unanime : « La visibilité à la télé. C’est la prochaine étape pour le padel, tranche Franck Binisti. La retransmission en direct des grands tournois, c’est l’explosion de la médiatisation, de la fréquentation, du sponsoring… Cela enclenche le cercle vertueux de la connaissance du padel par le plus grand nombre, et la sortie du “ah, c’est le sport qu’on pratique sur l’eau ?” que l’on entend encore trop souvent. » Vincent Laureyssens abonde : « Il reste un cap à franchir dans la médiatisation et l’exposition évènementielle. Une diffusion des plus grandes étapes du Tour, des exhibitions et des animations avec les meilleurs mondiaux et des vedettes d’autres disciplines… Aujourd’hui nous restons dépendants de la billetterie – on estime que le “ticketing” représente minimum 25 % et parfois jusqu’à 75 % des rentrées financières d’un tournoi de padel. »

Dans ces conditions, lui a dû renoncer, coronavirus oblige, au tournoi Open qu’il devait organiser à Bruxelles cette année, à la fin septembre. « Une reprise à huis clos était impossible économiquement et ne correspondait de toute manière pas à l’image que nous voulons donner du padel. » Et d’illustrer : « Là, pour réamorcer en 2021, je pense que nous opterons dans un premier temps pour une exhibition, comme celle que nous avions organisé place Rogier en 2019. À l’époque, nous avions croisé les vedettes du padel avec d’autres venues du tennis, de l’équipe nationale de hockey sur gazon championne du monde… Des initiatives pareilles drainent du public. Le coût est moins élevé, il y a des stars, donc une grosse fréquentation, donc les médias. Le tout est d’améliorer l’exposition, pour amener au padel des gens extérieurs aux sports de raquettes. »

 

Padel et tennis : complémentaires ou concurrents ?

Nous y voilà. C’est « la » question (la crainte originelle côté tennis ?) à laquelle il n’existe pas encore de réponse évidente, faute d’études et de chiffres fiables sur le sujet – tout au plus certaines coïncidences interpellent, telle la baisse de 35 000 licenciés tennis en Espagne sur huit ans, pour une augmentation de 35 000 licenciés padel dans le même intervalle. Alors, simple hasard ou vases communicants ? De son vécu de bord de terrain, Clément Geens voit « quand même pas mal les mêmes personnes du court de tennis au terrain de padel ». Mais au-delà des ressentis, l’incertitude prévaut… et les avis sont partagés. « Il n’y a pas de concurrence entre les deux, pour Vincent Laureyssens. Et le padel peut sauver des clubs de tennis. Ici, à Bruxelles, même un club comme le Royal Leopold Club s’y est mis, ce qui aurait semblé inconcevable il y a encore quelques années ! »

S’il ne nie pas que le padel « se convertit aujourd’hui en solution miracle pour beaucoup de clubs de tennis », Romain Taupin, du site spécialisé Padelonomics, y voit de son côté « le loup dans la bergerie ». Et de développer : « D’après une étude du ministère des Sports réalisée en 2018, les sports de raquette attirent peu : seulement 6 % des personnes interrogées y répondaient qu’elles testeraient bien un sport de raquette. Dès lors, cela implique que la croissance du padel ne se réalise pas en créant de nouveaux adeptes des sports de raquette mais en transformant (subtilisant) des joueurs existants à d’autres sports de raquette – dans notre cas, de tennis. » Pour citer la célèbre formule d’un homme qui, à défaut de savoir s’il pratiquait le jeu de paume, était aux premières loges pour savoir ce qui se passait dans la salle éponyme vers 1789 : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ?