fbpx

MAYLEEN RAMEY 

« Si les joueurs sont heureux, je suis heureuse ! »

Par Dominic J. Stevenson

Présentatrice avec une expérience tant dans le tennis que dans le divertissement, Mayleen Ramey a lancé Outside the Ball. À travers une chaîne YouTube, un site et les réseaux sociaux, OTB dévoile aux fans les à-côtés de notre sport. Des courts aux tapis rouges, Mayleen explore l’envers du décor en compagnie des meilleurs joueurs de la planète.

Courts : Pourquoi le tennis ?
Mayleen Ramey : Le tennis a toujours fait partie de mon monde et a façonné ma vie de manière significative. J’étais entraînée par ma mère et j’avais un assez bon niveau chez les juniors, mais après des années d’entraînement, j’ai décidé de prendre du recul par rapport au sport pour me concentrer sur l’université puis sur ma carrière de présentatrice télé. J’ai travaillé pour MTV, ESPN et E! : un jour, j’ai passé un entretien pour animer une émission mêlant tennis et voyage intitulée Destination Tennis. Décrocher ce job a changé le cours de ma vie et m’a ramenée sur le court. Pendant les trois années suivantes, j’ai voyagé à travers la planète pour connaître de multiples expériences du type : « Les vacances tennis à faire au moins une fois dans sa vie. » J’ai joué sur l’ocre du Monte-Carlo Country Club avant de louer une Ferrari pour la piloter sur le circuit de F1, j’ai tapé la balle avec Guillermo Vilas à Buenos Aires avant d’apprendre à faire des empanadas avec un chef local… J’ai vécu le rêve de chaque joueur de tennis !

Quand l’émission s’est arrêtée, je suis retournée dans le divertissement en tant que présentatrice pour OK! TV, mais le monde du tennis me manquait terriblement. Donc, en 2015, j’ai lancé une chaîne YouTube, Outside the Ball, qui s’intéresse à la vie des pros hors du court, au fun et au côté glamour du sport. Et je n’ai jamais quitté le tennis depuis ! En fait, la réponse courte serait : « Je n’existerais pas sans le tennis. » Parce que mes parents se sont rencontrés sur un court de tennis. Ils ont été « piégés » dans un rencard arrangé… et on connaît la suite !

C : Quels sont vos plus anciens souvenirs de ce sport ?
M.R. : J’avais trois ans, nous vivions en Équateur à cette époque. Nous étions dans le jardin et ma mère me donnait mon tout premier cours de tennis. Mon père a capturé tout ça en vidéo. Je lui disais à quel point « mon revers est bon » tout en brandissant une raquette géante, presque plus grande que moi, avec le sourire jusqu’aux oreilles.

C : Qu’espérez-vous que les joueurs révèlent à propos d’eux-mêmes ? Et que cela peut-il nous apprendre sur vous ?
M.R. : Quand j’interviewe les joueurs, j’aime discuter des choses qui les passionnent parce que c’est à ce moment qu’ils sont le plus eux-mêmes, que nous rions le plus aussi, et c’est ce que les fans adorent voir. Je suppose que ça montre que j’aime les bons moments, les good vibes : si les joueurs sont heureux, je suis heureuse.

C : Qu’est-ce qui sépare Outside the Ball de la compétition ?
M.R. : Nous ne sommes affiliés à aucune organisation, aucun tournoi. Nous sommes juste des fans de tennis qui produisent du contenu pour d’autres fans. À ma connaissance, nous sommes la seule chaîne qui traite – à travers un compte YouTube et les réseaux sociaux – le tennis de cette façon, avec autant d’accès exclusif aux pros, aux soirées, afin de proposer un contenu original chaque semaine. De plus, nous lançons une émission sur beIN SPORTS USA, Canada, Australie et Turquie ce mois-ci. 

C : Quels sont le joueur et la joueuse qui vous fascinent le plus ?
M.R. : Serena. En tant que femme, athlète et entrepreneuse, elle m’inspire. Je suis en admiration totale devant elle. Et Gaël Monfils. J’adore le regarder jouer. Il dégage une énergie électrisante mêlée de calme et de cool attitude, à la fois sur et en dehors du court. Et nous sommes tous obsédés par G.E.M.S. Life (le compte Instagram commun d’Elina Svitolina et Gaël Monfils), non ?

C : Quels joueurs vous ont le plus fait rire ?
M.R. : Mes interviews sont plutôt légères et enjouées, donc on rigole pas mal en général. Je dirais que mes « moments-LOL » favoris sont : avoir déguisé Grigor Dimitrov, le karaoké avec Serena et amener tout un tas de joueurs de l’ATP à une audition pour un James Bond. Si vous êtes curieux, vous pouvez regarder tout ça sur notre chaîne YouTube et notre site.

C : Votre match de tennis préféré ?
M.R. : J’étais à Wimbledon en 2013, quand Andy Murray a battu Novak Djokovic en finale pour devenir le premier vainqueur britannique depuis 77 ans. L’ambiance était incomparable, c’était incroyable de voir l’histoire du tennis s’écrire sous mes yeux.

C : Quelle est votre surface favorite, et pourquoi ?
M.R. : Je me sens plus à l’aise sur dur, parce que c’est là-dessus que j’ai grandi. Mais je suis attirée par la nostalgie et la beauté des autres surfaces. Quand je suis sur terre battue rouge (la terre battue nord-américaine est verte), c’est toujours une expérience inoubliable dans un lieu magique. J’adore la vibration et la sensation sur terre rouge, et, en plus, je peux y jouer pendant des heures sans ressentir la moindre douleur. Mais le gazon, pour moi, est le symbole ultime de ce sport et de son histoire. Chaque fois que j’entre sur le Centre Court de Wimbledon, j’ai la chair de poule.

C : Pour le double de vos rêves, quel serait votre partenaire et quelle paire de joueurs ou de célébrités affronteriez-vous ?
M.R. : J’ai vu le Match in Africa avec Federer et Bill Gates contre Nadal et Trevor Noah (acteur et humoriste sud-africain également connu aux États-Unis). Ça, c’est ce qu’on peut appeler un casting cinq étoiles. Roger et Rafa, évidemment, feraient partie du match de mes rêves. Qui sait quand nous aurons la chance d’assister à un nouveau Fedal ? Ce qu’ils ont accompli et continuent de faire est considérable. Et le quatrième serait un de mes modèles… Billie Jean King ! Nous ferions un mini-championnat en alternant les partenaires – comme ça j’aurais la chance de jouer avec chacun d’eux – et nous reverserions l’argent à une œuvre de charité. Après ça, nous irions rigoler autour d’un hamburgers-frites. La journée parfaite.