fbpx

Justine Henin

« Le slice a toujours été présent dans mes entraînements »

Par Rémi Bourrières

© Ray Giubilo

Le revers slicé n’est pas un coup forcément associé au tennis féminin. Pourtant, on a le sentiment que toutes les joueuses ayant réussi à apprivoiser cette arme technique sont devenues des reines. Justine Henin, comme son idole Steffi Graf ou Martina Navratilova avant elle, comme sa rivale Amélie Mauresmo ou une Ashleigh Barty aujourd’hui, en est un des exemples les plus emblématiques. Quelle est l’importance du slice aujourd’hui ? On a posé la question à l’ancienne no 1 mondiale, désormais consultante télé et directrice de l’académie Sixième Sens. Elle y a répondu, fidèle à elle-même, avec beaucoup de richesse et de variété.

 

« Le slice a toujours fait partie de mon jeu. Ayant un revers à une main depuis mon plus jeune âge, il me fallait un atout supplémentaire pour pallier ce déficit de puissance et être capable de me défendre. Ensuite, je l’ai travaillé énormément pour qu’il devienne une arme supplémentaire, et pas seulement un coup pour me protéger. Le slice doit aussi avoir pour but de neutraliser, de se donner le temps de se replacer, de casser le rythme, de contre-attaquer, de gérer des balles courtes et basses, de monter au filet…

Pour ma part, le revers slicé est donc un coup qui a joué un rôle énorme dans ma carrière. C’est vrai aussi que je suis tombée à une époque avec des joueuses extrêmement puissantes. Quand vous êtes systématiquement agressée dès les deux-trois premières frappes, la plupart du temps sur le revers, vous êtes obligée de développer une réactivité et un jeu de défense encore plus performants. Ce slice me permettait de répondre à ce besoin. Je l’utilisais moins contre une Mauresmo qui réagissait mieux face à ce slice car elle était elle-même dans un profil un peu identique. Mais il me servait beaucoup contre les joueuses les plus puissantes, qui aimaient la grosse cadence et dotées d’un revers à deux mains, comme les sœurs Williams bien sûr, Clijsters, Sharapova, Dementieva…

Après, c’était des joueuses extrêmement fortes et elles savaient aussi s’adapter, donc il fallait rester vigilante, ne pas s’enfermer dans un schéma de jeu. Le slice est une arme importante, encore faut-il évidemment l’utiliser au bon moment, avec les bonnes zones et le bon dosage. Il est très important de savoir faire autre chose à côté. On ne peut pas dire qu’un Dan Evans va s’installer parmi les tout meilleurs uniquement parce qu’il a un super slice. On ne peut pas baser son jeu uniquement sur ça aujourd’hui, le tennis est devenu trop physique.

Mais quoi qu’il en soit, j’aimais beaucoup utiliser le slice. Même si je faisais quand même plus mal avec mon coup droit, je me suis toujours beaucoup amusée côté revers. Et puis, c’était passionnant d’essayer de trouver des solutions pour contrer cette puissance adverse. Durant toute ma carrière, le slice a toujours été présent dans mes entraînements. Même quand j’étais no 1 mondiale, on continuait, avec Carlos Rodriguez [son coach historique et désormais associé de son académie, ndlr], à prendre des balles intermédiaires et à faire des exercices dans les carrés de service. Ça m’a permis de continuer à développer le petit jeu en général, l’amortie, la volée, etc.

Après, varier le jeu, c’était quand même quelque chose de naturel chez moi. Parce que dès mon plus jeune âge, on m’a appris à tout faire, à travailler énormément ma main. Je jouais aussi souvent pour m’amuser en dehors de mes heures d’entraînement, avec mes frères, et j’ai pratiqué beaucoup d’autres sports, du football notamment. Ça m’a aidé énormément, sur le plan du physique et de la coordination. Je crois que cette notion de jeu est fondamentale et j’encourage les jeunes joueurs à ne pas la perdre de vue, à ne pas hésiter non plus à se construire en pratiquant d’autres sports.

Il y a des entraîneurs qui ont tendance à formater trop vite les enfants, à les enfermer dans ce moule du tennis en cadence. Ok, on est dans un tennis très physique et très puissant aujourd’hui. Ok, il y a une évolution du jeu à laquelle il faut s’adapter. Mais il y a un temps pour tout. Avant de penser comme un professionnel et à rentrer dans un schéma de jeu hyper spécifique, il faut d’abord penser à s’amuser. C’est aussi comme ça qu’on développe son corps, qu’on travaille sa main et qu’on développe un jeu le plus complet possible, ce qui est très important. Parce que c’est dommage d’arriver à un point dans sa carrière où l’on coince quelque part à cause d’un problème technique.  

Il y a des joueurs auxquels on aurait vraiment envie de rajouter ça à leur jeu, un Rublev par exemple. Si vous regardez les tout meilleurs, Federer évidemment, mais aussi Nadal et même Djokovic, ils savent slicer. Bien sûr qu’ils ont une identité, des forces qui leur sont propres, mais ils sont très complets. Encore une fois, on en revient au fait qu’il est essentiel d’avoir le plus d’armes possibles dans son jeu, surtout à une époque où les carrières s’allongent de plus en plus. Si le slice est mou, s’il n’y a que ça, ça n’aura aucun impact. Federer, quand il fait son petit slice court, il sait qu’il va devoir être très fort derrière sur son premier pas pour aller tirer le passing ou placer une accélération. C’est une arme qui s’imbrique dans un ensemble de forces. Pareil chez une Ashleigh Barty, le slice est une arme essentielle de son jeu parce que tout le reste suit.

Chez les filles, le slice a peut-être toujours eu une importance encore plus grande. Le nombre de fois où je vois des joueuses tenter un truc impossible de n’importe où, alors qu’il leur suffirait de jouer un petit slice simplement pour neutraliser l’adversaire et se repositionner dans l’échange… Ce serait une arme bénéfique non seulement pour elles mais aussi pour l’image et la beauté du tennis en général. Mais je trouve que sur ce point, le tennis féminin est en train d’évoluer positivement. À nouveau, on retrouve des styles plus complets et différents. C’est bien qu’il y ait des oppositions de style parce que c’est là que le tennis rentre dans une dimension tactique intéressante. C’est ce qui fait la richesse de notre sport. »